Author Archives: admin

object(WP_Post)#5167 (26) {
  ["ID"]=>
  int(1594)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-09-11 17:08:38"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-09-11 15:08:38"
  ["post_content"]=>
  string(3254) "

 

- Il faut réserver minimum 6 mois à l'avance! La préposée de la réception gérant la salle que je voulais louer n'était pas commode. Avec son ton sec, elle finissait d'achever le peu de courage qu'il me restait, mais j'osais un dernier: - Ha... Désolé, je ne savais pas, n'y a-t-il vraiment pas possibilité de louer la salle pour la sortie de ma première BD? Il eu un petit silence.... - Bon! Fini t'elle par céder dans une bonté que tous les traits de son visage désapprouvaient déjà: - Ok pour le 11 septembre 2001, vu qu'il ne se passe rien à cette date... vous serez nombreux!? je lui balbutiai: - Ben... Je ne suis pas connu alors je ne pense pas...et en plus mes enfants étant en bas âges, j'espère que ma femme pourra venir..." - C'est 100.- CHF! Pour moi qui vivait en dessous du minimum vital: c'était une fortune! (je devrais le prendre sur l'argent du ménage). Grand seigneur, je jouais l'indifférence au point qu'un timide "merci" réussi même à se frayer un passage dans ma gorge serrée. De la foi matérialisée Ce même jour, que je recevais un grand camion remplit de palettes de BD. Quelle émotion! Ce n'était pas juste des livres. C'était le résultat de sept ans de travail assidu et de privations... C'était la matérialisation d'un rêve que j'étais souvent seul à croire. La télé nationale!? Je décidais aussi d'avertir les médias de la sortie de mon livre. Après un combat acharné contre toutes les voix de la raison en conflit dans ma tête, je réussis à arracher le combiné du téléphone. Tremblant, j'avais téléphoné à la TV nationale (RSR). Mais j'avais tout de même réussi à formuler des phrases plus ou moins cohérentes. Dingue!! Ils ont débarqué fissa dans mon atelier camera au point. 3ème guerre mondiale? Ce même jour, nous n'avions pas déchargé la dernière palette de livre qu'un homme a accouru dans le local, les yeux exorbités pour nous lancer: - C'est la troisième guerre mondiale!!! Des terroristes attaquent New-York! Tout le pays, inquiet pour l'avenir du monde, était rester collé à son poste de TV dans les jours qui suivirent. C'est ainsi que toute la francophonie de la Suisse m'a vu!!! (je vous promet: ce n'est pas moi qui ai organisé l'attentat!!) « The» vernissage Le soir, une foule impressionnante assoiffée de dédicaces m'attendait. Les seuls autographes que j'avais signé de ma vie jusque là, étaient ceux qu'on apposait à la fin de la feuille d'impôt. (bon, c'est vrai, j'avais une fois signé des autographes pour des copains qui se moquaient en toute amitié de ma situation d'artiste maudit, mais bon, ça ne compte pas...) le 11 septembre 2001, « idées reçues » ma première BD sortait, elle a connu un succès incroyable et voilà...aujourd'hui, ça fera exactement 20 ans.        " ["post_title"]=> string(20) "Le 11 septembre 2001" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(20) "le-11-septembre-2001" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-09-11 18:21:23" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-09-11 16:21:23" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(32) "http://www.auderset.com//?p=1594" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["post_title_ml"]=> string(74) "[:fr]Le 11 septembre 2001[:de]11. September 2001[:en]September 11, 2001[:]" ["post_title_langs"]=> array(3) { ["fr"]=> bool(true) ["de"]=> bool(true) ["en"]=> bool(true) } }

Le 11 septembre 2001

  – Il faut réserver minimum 6 mois à l’avance! La préposée de la réception gérant la salle que je voulais louer n’était pas commode. Avec son ton sec, elle finissait d’achever le peu de courage qu’il me restait, mais … More… More…

Posted in Blog | Commentaires fermés sur Le 11 septembre 2001
object(WP_Post)#5171 (26) {
  ["ID"]=>
  int(18163)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-09-02 16:33:08"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-09-02 14:33:08"
  ["post_content"]=>
  string(472) "

Dessin tiré de la BD "Idées reçues 3"

 "
  ["post_title"]=>
  string(27) "Dessin du mois de septembre"
  ["post_excerpt"]=>
  string(0) ""
  ["post_status"]=>
  string(7) "publish"
  ["comment_status"]=>
  string(6) "closed"
  ["ping_status"]=>
  string(6) "closed"
  ["post_password"]=>
  string(0) ""
  ["post_name"]=>
  string(27) "dessin-du-mois-de-septembre"
  ["to_ping"]=>
  string(0) ""
  ["pinged"]=>
  string(0) ""
  ["post_modified"]=>
  string(19) "2021-09-06 05:31:48"
  ["post_modified_gmt"]=>
  string(19) "2021-09-06 03:31:48"
  ["post_content_filtered"]=>
  string(0) ""
  ["post_parent"]=>
  int(0)
  ["guid"]=>
  string(32) "http://www.auderset.com/?p=18163"
  ["menu_order"]=>
  int(0)
  ["post_type"]=>
  string(4) "post"
  ["post_mime_type"]=>
  string(0) ""
  ["comment_count"]=>
  string(1) "0"
  ["filter"]=>
  string(3) "raw"
  ["post_title_ml"]=>
  string(141) "[:fr]Dessin du mois de septembre[:de]Zeichnung des Monats September[:en]Drawing of the month of September[:es]Dibujo del mes de septiembre[:]"
  ["post_title_langs"]=>
  array(4) {
    ["fr"]=>
    bool(true)
    ["de"]=>
    bool(true)
    ["en"]=>
    bool(true)
    ["es"]=>
    bool(true)
  }
}

Dessin du mois de septembre

Dessin tiré de la BD “Idées reçues 3“   More…

Posted in Le dessin du mois | Commentaires fermés sur Dessin du mois de septembre
object(WP_Post)#5172 (26) {
  ["ID"]=>
  int(18147)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-08-31 10:43:26"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-08-31 08:43:26"
  ["post_content"]=>
  string(15006) "

 

Rêve lourd

“Faut que je me parle”

Couché sur mon lit, j’examine l’écho restant d’un rêve. Cette nuit, mon inconscient a réussi à déterrer des valeurs profondes et à mettre le doigt sur des incohérences. Mon conscient,distrait par les affaires courantes du quotidien, n’en avait cure.

 

Du lourd

Le rêve parle du poids de mon “mini”stère. Il est question de mon code d’honneur ninja*: un idéal d’excellence, d’avenir incertain et de “bébés” en gestation en moi (oeuvres, personnes, peuples, valeurs...). A moins que ce ne soient ceux qui sont déjà sortis physiquement, mais ancrés à vie dans le cœur.

Bref, ‘y a comme un malaise et ça serait bête qu’il m’influence davantage.

 

*Comment ça, “je ne suis pas un ninja”!?

   

Mon psy préféré

Passant directement de mon lit à la forêt, je sors. Il fait nuit... j’aime bien cette obscurité: elle me procure l’impression de me réfugier sous les bras de Dieu... Je suis reconnaissant pour ce rêve, il est l’occasion de mettre des choses cachées au clair. Que c’est bon…! En arrivant au sommet de mon sentier, je suis accueilli par la naissance d’un nouveau jour. L’horizon rougeoyant regorge de promesses. Trop cooool!

 

Hulk!

Au moment de redescendre, Jésus me montre un très gros tronc et me dit:

- prends-le.

Je ne suis pas sûr d’en être capable, mais s’Il me le demande, c’est que c’est possible. J’ai l’impression d’être l’incroyable Hulk et pense aussitôt au dessin animé Naruto.

- Seigneur, permets-moi d’être comme ce héros qui toujours se surpasse pour protéger son monde, son village et les siens…

Pffff ce tronc est hardcore lourd! Faut que je m’arrête après à peine une centaine de pas. Les pieds écartés et enracinés au sol pour ne pas faillir, je pivote lentement l’énorme bois autour de ma nuque pour changer d'épaule. Bien décidé à ne pas céder, je reprends mon périple, répétant de temps à autre la manipe.

La parabole du tronc

- Ce poids, ce sont les missions dont tu m’as chargé Seigneur, pas vrai?

Jésus voit les pensées qu’Il a cherché à provoquer, mais ne dit mots, pour leur permettre de maturer. Arrivé à mi-chemin de mon trajet, je parviens à un salon de la forêt. Une grande place du village, couverte à son sommet par les branches protectrices de grands arbres. Le sol est jonché d’un tapis de feuilles mortes et là, comme s’il s’agissait d’une commode, une grosse souche. Je décide d’y poser mon fardeau sans pour autant le lâcher. J’y appuie l’extrémité du tronc pour qu’il tienne debout en équilibre. Ainsi je n’aurai pas à le soulever depuis le sol au moment de repartir avec.

- Voilà Alain, c’est comme ça que tu dois traiter les fardeaux que je te confie. Laisse-moi en supporter tout le poids comme le fait si bien cette souche. Ton rôle à toi, c’est juste de gérer l’équilibre. Il ne devient lourd que lorsqu’il quitte son équilibre vertical. Pour y parvenir, la simple pression d’un doigt suffit.

 

Je comprends. Je ressens que cette image me construit, et me stabilise intérieurement. Il n'est pas ici question d’effort, de souffrance ou de force brute pour y arriver, mais de savoir laisser le poids de mes missions sur Lui seul. Pour ma part, il me faut uniquement chercher à corriger l'équilibre intérieur lorsque je le perds. Si ma mission devient lourde, je dois juste rétablir la verticalité. Ça se joue entre le lâcher prise, le maintien de la vision et la bonne attitude. Et pour y arriver, une simple foi suffit.

 

Satisfait, et le cœur léger, je reprends la lourde poutre sauvage sur l’épaule. J’ai dû plusieurs fois répéter l'exercice, d’autant qu’elle m’a échappé, provoquant du même coup un bruit sourd digne de sa masse. Mais bon, je suis parvenu au bout de ma route. J’ai déchargé l’arbre sans branche d’une tonne (ou deux), sur la paroi de ma maison (j’espère que ça ne la fera pas s’écrouler).

 

Bref:

Les fardeaux que Dieu nous confie sont légers lorsque nous les portons de la bonne manière. 

 

Je laisse le dernier mot à mon Ami:

“Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes…” 

 

Jésus

 

 
Vous pouvez vous inscrire ici à la lettre de nouvelle pour recevoir d'autres publications d'Alain Auderset.   " ["post_title"]=> string(26) "Lourd fardeau très léger" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(24) "lourd-fardeau-tres-leger" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-08-31 10:43:26" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-08-31 08:43:26" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(32) "http://www.auderset.com/?p=18147" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["post_title_ml"]=> string(34) "[:fr]Lourd fardeau très léger[:]" ["post_title_langs"]=> array(1) { ["fr"]=> bool(true) } }

Lourd fardeau très léger

  Rêve lourd “Faut que je me parle” Couché sur mon lit, j’examine l’écho restant d’un rêve. Cette nuit, mon inconscient a réussi à déterrer des valeurs profondes et à mettre le doigt sur des incohérences. Mon conscient,distrait par les … More… More…

Posted in Blog | Commentaires fermés sur Lourd fardeau très léger
object(WP_Post)#5173 (26) {
  ["ID"]=>
  int(18139)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-08-26 09:22:11"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-08-26 07:22:11"
  ["post_content"]=>
  string(29623) "

Le regard dans la nuit

Charme de la nuit

La nuit d’été a quitté le soir de son adolescence pour entrer dans sa maturité noire. Majestueuse et pleinement dans son rôle, elle étend son léger voile de nuages qui ne cache rien de la nudité de son ciel étoilé immense et infini. La pleine lune est à son zénith. Elle a le regard félin d’une fille amoureuse qui, entre un léger voile de nuée, fait mine de ne pas te voir alors qu’elle n’a d'œil que pour toi... L’air revivifiant, parfumé de subtiles senteurs des prés d’été parvenant à ma fenêtre telles des bras grands ouverts sont autant d’invitations à la rejoindre. Quelle beauté…! Bien plus sereine que le jour, la nuit contient et distille dans un doux babillage le rêve des humains qui déjà ont quitté la frénésie de leur monde compliqué pour un sommeil réparateur. 

 

Composant avec le silence de son univers intersidéral, le chant scandé des habitants des champs et des bois, elle ronronne une symphonie reposante, magique, hypnotique, pour mieux nous bercer dans ses bras.

La nuit me séduit par tant de mystères. N’étant pas insensible à ses avances, je m’en vais la rejoindre dans la profondeur de la forêt. Sauf qu’aujourd’hui, ce n’est pas avec elle que j’ai rendez-vous, mais avec mon fils.

 

La tribu métal

En effet, mon garçon donne un concert au milieu des bois. Avec Seb, son pote guitariste, ils se produisent tout à l’heure à un festival métal (et stoner) qui se déroule dans ce lieu insolite. Je me réjouis d’être une fois de plus le témoin de leur progrès et performance artistique. Je pourrais revoir et fraterniser avec ses potes marginaux qui, à force, sont aussi devenus les miens. C’est toute une tribu d'habitués qui peuple ce genre d'événement. Ils sont en rupture avec la société qui n’a de cesse de nous conditionner, et sont en recherche d’autre chose. Je comprends tellement leur cri, et j’ai justement en moi “autre chose”.

 

Si je me réjouis du chemin qui mène à eux, c’est surtout en raison du trajet, car en effet, je n’y vais pas seul.

 

Je m'éclipse

Épuisée par la journée à venir, mon épouse a déjà glissé dans le sommeil de son lit douillet sans pouvoir lui résister. Je l’embrasse sur le front et tel le joyeux brigand sur un bon coup, je m’éclipse sur la pointe des pieds.

C’est bon de quitter les murs de ma maison usés par mes yeux trop habitués à ne plus les voir, pour rejoindre un endroit qui ne contient aucune paroi. Faisant tout à l’envers, je sors par la porte d’entrée et je disparais dans la nuit. 

 

Chemin de nuit

je m’y rends en voiture, car il me faut traverser plusieurs forêts reliées entre elles pour parvenir à ma destination. C’est excessivement lentement que je roule dans ces bois pour ne pas perturber l’atmosphère pénétrante de ces lieux et la fenêtre grande ouverte pour mieux m’en imprégner. L’air est doux. Habituellement, à cette heure, je suis déjà parti pour le pays fascinant des rêves. Bien qu'éveillé, une partie de moi doit y être tout de même. Mais je pencherais pour dire que c’est un effet que produit l’immensité de l'humble Personne qui m’accompagne.

 

Trajet béni

Dieu… ce trajet est avant tout l’occasion d’un moment privilégié avec Lui. Il a beau être un Ami invisible, il est bien plus concret et présent que ne saurait l’être aucun autre de mes amis visibles.

C’est pourquoi, mes voyages sont devenus bien souvent plus importants que leur destination.

 

Assis avec Lui au volant de la voiture, je réalise que toute la journée, j’ai attendu et désiré cet instant. Je ralentis pour que dure encore davantage l’instant... 

Sans en être conscient avant, j’avais besoin de lui déballer quelques sujets du quotidien aux apparences anodines. Au soulagement que je ressens une fois confié, je comprends que tous contenaient une dose nuancée de stress imperceptible emballée dans du “faut faire avec” que je n’avais pas pris la peine de déceler avant.

 

Paumé!

Aucun panneau n’indique le festival. (Ah ah! je reconnais bien là l'organisation à l’arrache de c’t’équipe! hum, oui bon... n’étant pas non plus le mec le plus attentif à ce genre de détail, j’ai dû passer les indications sans les voir...). A mesure que je m’enfonce sur des chemins datant de la préhistoire, j’ai comme un doute: me suis-je trompé de nuit ou simplement paumé?

J'éteins mon moteur pour mieux écouter ma destination... 

-Ah!!! là sur la gauche...de la musique! ouf! 

Plus je m’en approche, plus c’est distinct. Depuis un contre bas, je vois un îlot de lumière multicolore émanant d’un chalet situé dans un pré. J’en conclus que ça doit être l’endroit où je tente de me rendre. 

-Ah! du coup, je ne suis pas dans la bonne direction! Le son se faufilant entre vallées et collines est trompeur, et me joue des tours. Au feeling et au son, j'emprunte un chemin étroit et accidenté au possible. Ce n’est que lorsque je croise des personnes qui en reviennent que je me sens enfin rassuré.

 

Concert

Mon fils et sa joie de me voir est une des premières personnes que je vois en arrivant au chalet. Je repère aussitôt sa sœur, ma petite chérie, avec son mari et la jeune épouse de mon garçon (ils se sont mariés il y a un mois). Je croise et salue, dans une exclamation de joie, mes potes et toutes ces têtes d’habitués que je reconnais sans pour autant les connaître, et à mesure que je m’approche de la scène, tous ses jeunes poilus au long cheveux (purée c’est dingue comme je les aime ces gamins!).

 

Au-delà du public

Super concert! Si le public est unanime d’admiration, personne ne voit mon fils aussi bien que moi. Ils ne peuvent apprécier que ce qu’ils se ramassent dans la face, alors que moi je le vois en profondeur. 

Je peux apprécier en superposé tous ses concerts précédents et même depuis celui de ses débuts. Il doit coïncider avec ses premiers pas, et c’était dans notre étroite cuisine, quand ce petit bout de chou tapait sur des casseroles pour notre plus grand bonheur. 

Puis, je revois ses yeux émerveillés d’enfant de 6 ans allumant les nôtres, lorsque nous lui avons acheté sa toute première batterie avec ce qui restait de nos économies. 

Je me rappelle quand, haut comme trois pommes, il m’accompagnait à l’église. Je jouais de la guitare et je m'inquiétais alors de savoir s’il parviendrait à tenir le rythme jusqu’au bout (dire que maintenant, lors de nos répètes Saahsal* c’est lui qui a repris ce souci à mon égard...). 

Je me rappelle de tout! Quand il avait le droit de veiller tard, afin de suivre nos concerts/répètes et qu’entre deux morceaux notre ancien batteur lui révélait ses secrets. 

Puis je nous revois avec toute la famille, éparpillés dans son public naissant, cachés dans la foule pour suivre le premier concert de son groupe qui répétait à la maison. 

Les compliments du public avaient beau leur être adressés, ils me faisaient plus plaisir que s’ils m’étaient directement adressés.

Et pour faire court, j’ai en coeur (qui marche mieux que ma tête) aussi quasi toutes les représentations qui ont suivi…  

Avec ma fille bras dessus bras dessous, ce soir comme les autres, nous dansons sans rien retenir notre joie d’être ensemble en cet endroit.

 

Après avoir chaleureusement embrassé tout le monde, je me suis doucement éclipsé pour glisser en bas des collines et atterrir blotti dans mon lit. Quels que soient les rêves que je vais rejoindre, je sais qu’ils auront peine à rivaliser avec ceux que je viens de vivre.

 

Le regard des papas

Suis-je objectif lorsque je parle de mon fils? probablement pas (j’avoue)... mais je le suis avec ce que je ressens. Car il est vrai que, si mon fils, (lui ou n’importe lequel de ses frère et soeurs), avait été handicapé moteur ou mental, incapable de telles prouesses artistiques, je n’en aurais pas été moins fier. Et si alors, tout ce qu’il était capable de faire n'était rien de plus qu’un collier de nouilles, je le porterais comme une parure. Car voilà... nous autres les papas nous sommes faits de ce bois.

- Pas vrai Papa/Dieu qui est dans les cieux? 

Toi encore plus qu’aucun d'entre nous. Tu es là à chacun de nos moments de vie importants. Et malgré que tu déploies des trésors de discrétion pour ne pas nous déranger, tu nous suis partout... Et caché dans le public, ton cœur pour tes enfants vibre des milliers de fois plus fort que le mien.

   

*Saahsal est le groupe où je joue avec mon épouse, mon fils Silas et 2 autres amis, saahsal.com

 

Pour écouter les compos de Silas:

https://silasauderset.bandcamp.com/releases

Mouche-miel (son groupe de math-métal-fromage):

https://mouche-miel.bandcamp.com

 

Groupe famille and co:

www.saahsal.com

 

Retrouvez ce genre de texte dans la collection Rendez-vous dans la forêt:

www.shop.auderset.com

" ["post_title"]=> string(22) "Le regard dans la nuit" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(22) "le-regard-dans-la-nuit" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-08-26 09:26:22" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-08-26 07:26:22" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(32) "http://www.auderset.com/?p=18139" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["post_title_ml"]=> string(30) "[:fr]Le regard dans la nuit[:]" ["post_title_langs"]=> array(1) { ["fr"]=> bool(true) } }

Le regard dans la nuit

Le regard dans la nuit Charme de la nuit La nuit d’été a quitté le soir de son adolescence pour entrer dans sa maturité noire. Majestueuse et pleinement dans son rôle, elle étend son léger voile de nuages qui ne … More… More…

Posted in Blog | Commentaires fermés sur Le regard dans la nuit
object(WP_Post)#5207 (26) {
  ["ID"]=>
  int(18123)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2021-08-20 10:09:36"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2021-08-20 08:09:36"
  ["post_content"]=>
  string(18465) "

Notre truc rien qu’à nous (et le courrier de Corinne)

Le Cadeau

-Tu as de la chance d’avoir cette relation avec Dieu, moi…. il ne me parle* pas. (Couac! pouêt-pouêt!) Vous aussi vous entendez que ça sonne faux?

“La chance”, (autrement dit “la grâce") d’être intime avec Lui, Dieu l’offre à tous ses enfants.

Avec le pardon de nos fautes, c’est le plus beau des cadeaux immérités qu’il nous est possible de recevoir (Moi je le déballe souvent en forêt). Dieu a dû le payer au prix fort: Son fils à la croix.

* Comment écouter Dieu: https://youtu.be/H1Dg4tZ-zk4

 

Couleur d’enfants Petite comparaison: J’ai 4 enfants et avec tous “des moments rien qu’à nous” privilégiés, différents. 

Leur personnalité, leurs attentes, notre histoire et le temps passé ensemble sont autant de liens tissés. L’ouvrage tricoté est distinct d’une personnalité à l'autre, mais élaboré du même amour.

Mes gamins sont vraiment de magnifiques couleurs. Quand je suis jaune et que mon fils Silas est bleu, le temps passé ensemble donne un vert forêt profond mais frais et aux senteurs revigorantes, (ou couleur morve, pask ça nous fait bien marrer), et avec ma rouge petite Séphora, un orange couché de soleil, mais assez pétillant, etc… Aucune couleur n’est fausse. 

Je m’adapte à chacun d’eux, mais je n’ai pas de préféré: je les aime tous pareil (comme un ouf!)

Choux-choux de Papa/Dieu? Qui que vous soyez, quoi que vous ayez vécu, si en lisant les “Rendez-vous dans la forêt” vous avez goût de vivre pareille relation avec Dieu, c’est possible. Mais le résultat donnera d’autres couleurs, magnifiques et uniques (car à la base, vous êtes Son œuvre). Pourquoi ne pas tenter “ma” recette forêt pour commencer, et petit à petit, développer vos trucs “rien qu’à vous deux”. 

Dieu vous connaît par cœur, Il saura vous rejoindre. Une fois seul avec Lui, soyez juste vrai pour qu’Il puisse enlever le gris qui vous grise (c’est bien plus qu’une circonstance à changer), Il réhaussera votre couleur propre. Venez comme vous êtes, c’est vous qu’Il attend, pas quelqu’un à qui vous pensez devoir ressembler.

Il est écrit “Dieu EST amour” c’est plus fort que “Dieu A de l’amour” (1 jean 4:16)C’est Sa nature de vous aimer perso, et ça ne Lui demande aucun effort. 

Je vous joins un courrier qui va dans ce sens...

Bonne balade…

 

Le courrier de Corinne

Après avoir reçu sa commande, une fille m’a écrit cela: Juste un pti merci pour la dédicace*, d’avoir pris le temps pour moi , dans la bulle il y a un cœur et ça, personne ne savait sauf .... alors voilà, lors de mes balades en forêt ou ailleurs, je trouve des cœurs, j’en vois partout, même parfois, je me dis c’est pas possible, c'est fait exprès, je zoome mes photos... Ben oui c’est fait exprès. J’avais demandé à Dieu: “dis-moi que tu m’aimes, mais que moi!” car souvent on m’a dit: “Dieu t’aime” mais je n’y trouve rien de perso.

Alors un énorme merci, je sais, parfois, on met ces petits cœurs dans WhatsApp, mais aujourd’hui, celui trouvé dans mon livre est spécial. Je joins quelques photos, non pas que ce soit de l’art, mais elles ont été prises durant mon travail ou en balade quand quelqu'Un voulait que je sache qu'il m'aime.

Amicalement

Corinne

La dédicace que je lui avais faite.

" ["post_title"]=> string(26) "Notre truc rien qu'à nous" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(24) "notre-truc-rien-qua-nous" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-08-20 10:17:19" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-08-20 08:17:19" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(32) "http://www.auderset.com/?p=18123" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["post_title_ml"]=> string(34) "[:fr]Notre truc rien qu'à nous[:]" ["post_title_langs"]=> array(1) { ["fr"]=> bool(true) } }

Notre truc rien qu’à nous

Notre truc rien qu’à nous (et le courrier de Corinne) Le Cadeau -Tu as de la chance d’avoir cette relation avec Dieu, moi…. il ne me parle* pas. (Couac! pouêt-pouêt!) Vous aussi vous entendez que ça sonne faux? “La chance”, … More… More…

Posted in Blog | Commentaires fermés sur Notre truc rien qu’à nous